Lingling Yu

lingling-yu-01

Le pipa (luth chinois)

Ancien de plus de deux milles ans, le pipa chinois est un luth à quatre cordes (la ré mi la) dont la technique est réputée pour sa difficulté. Déjà depuis les Han (206 av. J.C.-220) le jeu du pipa est apprécié comme musique de cour. Pendant la dynastie des SUI (581-618) le luth iranien est venu en Chine et se mélange avec le Pipa. A l’époque des Tang (618-907) il devient instrument soliste. Le pipa entre dans les formations qui accompagnent les représentations d’opéra sous la dynastie des MING (1368-1644) et des QING (1644-1911). Il connaît dès lors une large diffusion à travers les provinces et devient l’un des instruments les plus populaires du registre classique de Chine.
Sa portée sonore lui donne un caractère large et noble. Aujourd’hui, en Chine, le pipa est l’un des instruments les plus appréciés. La richesse de sa variété sonore lui permet de traduire des expressions musicales des plus différentes. Son répertoire est essentiellement divisé en deux styles: le Wen, lyrique, exprimé par un jeu subtil, et le WU, martial, dont la force inspire des émotions dramatiques.

Lingling Yu

Lingling Yu, virtuose de pipa, maître de la musique ancienne pipa, est née à Hangzhou, au sud-est de la Chine. Elle embrasse la musique dès l’âge de huit ans, étudie le violon, l’erhu, le pipa, et donne des concerts. A treize ans, elle choisit de se consacrer au pipa et obtient le premier prix au concours d’entrée du Conservatoire Central de musique à Beijing. Enfant prodige, elle fait alors l’objet d’un reportage cinématographique du cycle «Chun Lei - Petits Génies de la musique», de reportages de la presse écrite et télévisée. Après trois ans d’étude, elle entre au Conservatoire de Chine (la Haute Ecole de musique) et obtient sa bachelor ès Arts à dix-huit ans. À la même année, elle est officiellement désignée comme professeur de musique à Tsinghua Université, à Pékin. À vingt-cinq ans, elle remporte la concours national de musique traditionnelle chinoise à Pékin. Avec son  instrument de prédilection et en compagnie de son maître Dehai Liu, le plus grand maître de pipa, interprète et compositeur, elle parcourt la Chine pour enseigner et effectuer des concerts. Dehai LIU exerce une influence marquante sur son développement musical.

Lingling Yu étudie également avec d’autres célèbres professeurs de pipa tels que Jieli Luo, Fandi Wang et Weixi Sun. Leur enseignement élargit son éventail de connaissances et enrichit son répertoire en lui apportant une grande variété de styles. C’est à partir de cet enseignement qu’elle trouve son propre chemin laissant libre cours à l’expression de sa personnalité. Son interprétation, portée par une maîtrise exceptionnelle de toutes les techniques de son instrument, est puissante, précise, chaleureuse et créative, caractérisée par une grande clarté et finesse, une rencontre d’émotion et de sérénité, réunissant les deux éléments fondamentaux de la philosophie chinoise: le Yin et le Yang.

Pour explorer les liens entre la musique orientale et occidentale, elle s’installe en Suisse en 1998, où elle étudie les cours d’orchestration à L’Haute Ecole de Musique de Lausanne sous la direction de Jean Balissat. De 2000 à 2005, elle étudie l’harmonie avec Pierre Studer, l’orchestration avec Xavier Dayer, le contrepoint avec Kurt Sturzenegger, l’improvisation avec David Dolan et Marco Ferrari et fréquente les cours de composition d’Eric Gaudibert et de Nicolas Bolens, et des autres cours à L’Haute Ecole de Musique de Genève.

Elle est membre de l’Association Suisse des Musiciens (ASM) et habite à Genève.

Concerts

Elle donne des concerts en solo et avec des différents ensembles, interprétant la musique ancienne, classique, traditionnelle chinoise et la musique ancienne européenne, aussi bien que la musique contemporaine et d’improvisation dans toute la Suisse, l'Europe, l'Asie et l'Afrique.

Elle collabore avec l’Orchestre de Chambre de Zurich, l’Orchestre de l’Ile de la Réunion, le Shanghai Philharmonic Orchestra et le Zhejiang Symphony Orchestra.

Les principaux ensembles sont: Ensemble Dialog (pipa, flute à bec, violoncelle, percussion); Ragazze Kwartet (quatuor à corde & pipa); CinEu Ensemble (pipa, saxaphone, guitare et percussion) ; Duo Vivana (flûte à bec & pipa) ; Duo YuRio (pipa & guitare) ; Duo YuZeng (pipa & dizi) ; Ensemble Dragon (instruments chinois); Duo YuGuo (pipa & erhu) ; Duo pipa & cello, Trio pipa-clavecin-violoncelle, Duo Yu-Nanz (pipa & shakuhachi) ; YET Trio (improvisation) ; Rencontre Trio (pipa, guitare, oud); Ensemble Antipodes ; Trio Yu-Demenga-Molinari (pipa, violoncelle, clarinette) ; St-Moritz quatuor (pipa, violon, violoncelle, piano) ; Ensemble Rythmes Meeting (musique du monde & Jazz) ; Percussions Claviers de Lyon.

Elle donne également des concerts publics pour des radios, principalement: France Musique et France Culture; Suisse (DRS2 et Espace2); Allemagne (Bayerischer Rundfunk), et des télévisions de Suisse, de Chine, du Maroc et de Tunisie. En outre, des émissions radio lui ont été consacrées en Chine, aux USA, au Canada, en Australie, au Royaume-Uni, en Nouvelle-Zélande, en Italie, etc.

1999 : premier CD, solo. Musique traditionnelle : Tian E (le cygne) en Suisse (Amori).
2009 : deuxième CD, solo. Musique traditionnelle : Xu Lai (les sons du silence) en Italie (Felmay)
2011 : troisième CD, duo pipa et erhu. Musique traditionnelle : Yue Luo (coucher de lune) en Italie (Felmay)
2013 : quatrième CD, duo pipa et dizi. Musique ancienne chinoise : Meng Yuan en Italie (Felmay)

Expérience de la musique contemporaine

Elle collabore avec les compositeurs Eric Gaudibert, Dehai Liu, Shirui ZHU, Wenchen Qin, Shenying Qian, Chaoming Tung, Musheng Chen, Nadir Vassena, Valentin Marti, Marc-André Rappaz, Mahmoud Turkmani, Fernando Garnero, Yu Tao, Wei Du, Carlo Ciceri, Huasong Qiao, Johannes Grosz, Guangping Cao, et joue des pièces de John Cage, Manuel De Falla, John Adams, György Kurtage, Rimsky-Korsakov, Pierre-Alain Jaffrennou, Dun Tan, Yi Chen, Long Zhou, Franghiz Ali-Zadeh, Melissa Hui, Anthony Paul De Ritis.

Revue de presse

“...L’interprétation de Lingling Yu nous délivre encore un autre message : une harmonisation du temps et de l’espace. ... Encore une fois, elle réussit à nous plonger, sans même que nous nous en rendions compte, dans un univers délicat et fascinant...” Romanus, Magazine Est-Ouest, Paris, 20.02.2004.

“...Lingling YU libère les tons de l’instrument... [qui] rend un son étonnement plein et d’une variété extrême... on saisit immédiatement le potentiel du pipa comme instrument dramatique pour l’opéra Chinois. ... les techniques du jeu que Lingling Yu maîtrise parfaitement...” Christina Omlin, Solothurner Zeitung, Suisse (25.01.2002).

“Chaque fluctuation du corps semble prendre part à l’événement. Une gestuelle féline... L’instrument est utilisé dans son spectre le plus large. Lingling Yu manifeste une virtuosité qui n’excut aucun sentiment. Elle incarne une tradition que l’on croyait cérébrale et qui se révèle définitivement sensuelle...” Arnaud Robert, Le Temps, Suisse (11.12.1999).