GHADA SHBEIR
Chants Syriaques Maronites

ghada-shbeir-01

Ghada Shbeir

« Une voix d’or chargée d’émotion », dit-on de cette artiste, qui est également professeur de chant liturgique et de théorie orientale à l’université Saint-Esprit de Kaslik, au Liban.
Ghada Shbeir est spécialiste du chant arabo-andalou et, bien sûr, du chant sacré syriaque, culture d’un peuple chrétien au parler araméen établi d’Iran jusqu’en Syrie et au Liban. Mais elle chante tout aussi magistralement le mouwashah, cet art de douceur élaboré dans l’Andalousie arabe de la fin du xie siècle qui a pris plusieurs formes au fil du temps, aussi bien au Maghreb, où il s’intègre dans la nouba arabo-andalouse, qu’au Moyen-Orient, où il devient un moment intense du tarab, l’extase musicale. De transmission orale, cette culture exigeante est de moins en moins interprétée. Parcourant les scènes du monde, Ghada Shbeir fait revivre de son timbre ample et lumineux ses poésies d’amour courtois, d’enchantements féminins, de cour assidue.
La chanteuse-chercheuse restitue aussi avec une sensibilité extrême une musique et des prières syriaques et maronites qui ont traversé les siècles, et dont elle a réuni un corpus d’un demi-millier de mélodies. Outre différents diplômes et diverses récompenses musicales, Ghada a remporté en 1997 le premier prix du Concours de la meilleure chanson arabe en Egypte – le pays qui règne sur la musique orientale depuis près d’un siècle ; un prix donc loin d’être anecdotique… Par sa lecture et son interprétation modernes, elle donne aux traditions arabes, qu’elles soient savantes, spirituelles ou profanes, une actualité bienvenue et bienheureuse. 

Programme

Hoyen Lhatoyé (Ô Miséricordieux)
Ô Miséricordieux, pardonne-nous le jour du jugement…

Kadichat Rohémnocho (Saint, Ô toi père)
Saint, Ô toi père…

Toubak ‘lidto (Que Dieu te bénisse)
Le Jeudi, le Seigneur entra dans la pièce du haut et appela Judas le traite…

énono nouhro chariro (Je passais par Sion)
Je passai par Sion et je vis le Seigneur au côté transpercé…

L’él mén Choufré (La maison d’Anya)
Dans la « Maison Anya »*, à la maison de Simon le Pharisien, fut célébré le dîner du Christ et de ses disciples….
* nom d’un village

Moran étraham ‘layn (Dieu regardez-nous avec amour)
Miséricorde Seigneur, Que nous partagions, Seigneur, tes douleurs et que nous soyons les héritiers du Royaume…

Moubarakon Man Fadana Bimaoutihi (Gloire à Celui qui nous racheta par sa mort)
Resplendissants, les Chérubins du Très-Haut se prosternèrent, le portant sur leurs ailes…

Soguito (Mélodie Soguito)
Le Christ vint à Sion avec ses disciples manger la Pâque….

Bo’out dmor Ya’coub (La prière de saint jacob)
La terre renaît en avril qui la couvre de roses et de primevères…

Domyo ‘Idto (Le jour de la douleur)
Ô Seigneur, notre Dieu
A l’heure où les Archanges te virent suspendu sur la croix, ils se hâtèrent pour exterminer tes meurtriers…

Mater Dolorosa (la douleur de la Sainte Vierge)
Méditez mes frères sur ce qui se passa dans la ville de Sion…

Lthadmo dhaymonouto (Le pardon de Marie Magdeleine)
Pure est la voix de la pécheresse….

Koulaï Choubho (Gloire à dieu)
Ce soir-là, le faux disciple, esclave de l’obscurité, délivra son maître pour la crucifixion et se sépara de ses condisciples…

Emar Qayso (Malheur à moi)
La croix s’écria : « Malheur à moi, que vais-je advenir ? Ils ont cloué sur moi le Dieu des innocents »…

Fchito (Gloire à celui qui nous a sauvé)
J’ai mangé ton Saint Corps afin que le feu ne me consume point. Et mes yeux, touchant ta Miséricorde, s’ouvrirent…

Kakro (Le soir du jeudi)
Le soir, le Seigneur célébra la Pâque avec ses disciples ….

Bkhoulhoun Safré (Le vendredi Saint)
Le matin, Il porta sa croix sur son épaule, sortit du Saint temple et l’Esprit Saint l’accompagna…

L’él Mentouré (Voyez ce qui se passe à Sion)
Accourez, écoutez et racontez ce que fit la fille de Sion au Sauveur d’Israël…